TIDRU – Tant bien que mal – du 30 novembre 2018 au 2 février 2019

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

TIDRU aime travailler la terre, la triturer, la malaxer, lui donner une forme ronde et brute à la fois, la peindre pour lui donner une couleur plus tendre, plus drôle. Il vous fera voyager dans un univers poétique et sensible, aux petites touches mélancoliques parsemées d’humour.

L’artiste nous parle de sa perception du monde «à la frontière entre l’intime et l’extime»: «Mon travail sert de support pour m’aider à comprendre le processus de discernement de l’Autre. Par le biais de personnages et de dessins narratifs en leur surface, j’esquisse un plan labyrinthique de la compréhension de l’Autre (…) Du regard au questionnement, on entrouvre un œil sans préjugé sur le visagecachée de l’Autre. »

Il met à nu la nature humaine, en tentant de faire émerger à la surface de ses sculptures la part « intime » de chacun de ces hommes et femmes. «L’image dégagée par le corps/comportement ou – ce qui est jugé/regardé/écouté/senti par autrui – n’est pas obligatoirement en adéquation avec l’intérieur ». C’est donc au regardeur de décrypter le langage pictural de Tidru et peut-être, de percer le mystère de ses personnages.